« Début juillet, nous avons participé, mon père et moi, à un stage Mont Blanc : 3 jours d’acclimatation et 3 jours d’ascension. Venant de Marseille, point zéro, il était indispensable de mettre toutes les chances de notre côté : François, notre guide, nous avait donc concocté un délicieux programme :

1er jour : Ascension des pointes Lachenal (3 613 m) sur le glacier des Géants avec une première nuit au refuge des Cosmiques (3 613 m) afin de s’acclimater. Journée d’échauffement car les Pointes Lachenal sont rapides à parcourir et ne présentent pas de difficultés majeures.les pointes lachenales

2ème jour : Traversée de l’arête des Cosmiques au petit matin suivi d’un déjeuner sur Chamonix. En fin d’après-midi, nous attrapons la dernière télécabine du Tour pour rejoindre le refuge d’Albert 1er (2 706 m) après une randonnée magnifique le long du glacier du Tour. Super accueil de Paul dans ce refuge.

3ème jour : Traversée des aiguilles du Tour avec une pause sur l’impressionnante Table de Roc. Une sortie très ludique dans ces aiguilles chaotiques et une vue imprenable sur la vallée de Chamonix où nous passons la nuit suivante.

arete de la table a l aiguille du tour

Arête de la table à l’Aiguille du Tour

pique nique sur la table de l'arete de la table

Pique-nique sur la table de l’arête de la table

 

4ème jour : Début de l’ascension du Mont-Blanc : Montée en télécabine des Houches suivi du train à crémaillère jusqu’au Nid d’aigle (2 200 m). Cela permet « d’enlever 1 200m » de dénivelé… pour une montée tranquille jusqu’au refuge de Tête Rousse (3 170 m).

montée au refuge de tete rousse

Montée au refuge de Tête rousse

5ème jour : La météo se gâte et il nous est impossible de quitter le refuge à 4h comme prévu. À 7h, le vent étant légèrement tombé, nous atteignons le refuge du Goûter (3 835m) après avoir passé le fameux couloir de la mort et gravi l’arête du Goûter. La météo n’annonçant que peu d’amélioration, nous lisons, recousons les trous des polaires en attente de la nuit … mais vers 15h, contre toute attente le vent diminue et François, notre guide de haute montagne,  nous propose de monter au sommet. Bien reposés, mais un peu interloqués, nous nous équipons et partons. Trois heures et demi plus tard, nous atteignons le sommet au dessus d’une mer de nuages et nous sommes tous les trois seuls ! Quelle bonne idée d’être en décalage avec les groupes ! Nous redescendons tranquillement, en symbiose avec le soleil jusqu’au refuge où le gardien avait eu la gentillesse d’accepter de nous servir le dîner à 21h. Nuit bien méritée au son des randonneurs qui se lèvent à 2h, avec malheureusement un vent qui est reparti … Diaporama-Stage-Montagne-Escape-Mont-Blanc

6ème jour : Au petit matin, descente jusqu’au nid d’Aigle et retour sur Chamonix , qui signe la fin du stage !

Tout au long de la semaine notre guide, François, a su prendre les bonnes décisions aux bons moments, nous a encouragés et a été à l’écoute de nos capacités.  Il avait préféré réserver deux nuits afin d’avoir plus de « fenêtres météo » favorables pour l’ascension, ce qui s’est confirmé par la suite. Tout a roulé et c’est tellement reposant de se laisser porter… (au sens figuré bien sûr).

D’autre part, nous avons appris certaines bases de l’alpinisme : comme comment cramponner, utiliser les piolets, faire un sac léger ! Ses connaissances sur la montagne et les anecdotes de soirée étaient intéressantes.

Merci pour cette semaine passée ensemble !

À bientôt pour un prochain stage, Claire. »

Laisser une Réponse